Hommage à toutes celles et ceux qui se sont engagés…

Durant plus de deux mois, les Brétignolais se sont mobilisés pour que la vie se poursuive. Les personnels de santé, en première ligne, tout comme les personnels de l’Éducation Nationale qui ont assuré la continuité pédagogique. Une période où entreprises brétignolaises qui le pouvaient ont montré une grande solidarité en mettant des équipements à disposition. Certaines associations ont continué leur activité en ligne ou créé des tutoriels pour conserver le contact avec leurs adhérents.

Les Brétignolais ont également mis en place de très nombreuses initiatives ou ont rejoint les actions organisées ou accompagnées par la commune. Merci à celles et ceux qui se sont mobilisés d’une façon ou d’une autre !

Voici quelques exemples de la mobilisation brétignolaise dont nous avons pu profiter pendant les deux mois de confinement.

 

PATRICE GUILLOUX

Directeur de l’Ecole de Musique

 

Comment faire face à une crise qui interdit l’ouverture des lieux de rencontre en tant qu’association d’apprentissage musical ? C’est la question que s’est posé Patrice Guilloux, directeur de l’École de Musique de Brétigny. L’adaptation fut le mot d’ordre. « L’équipe et les professeurs ont été forces de propositions pour mettre en place des dispositifs permettant la continuité des cours de l’école. » précise-t-il. Par visioconférence, l’envoi de vidéos ou par téléphone, la majorité des cours de l’École de Musique ont pu être maintenus.

Mais l’action ne s’ar rête pas là, soucieux de vouloir garder le lien avec ses adhérents plusieurs initiatives adaptées au « chacun chez soi » ont pu voir le jour. Ainsi une vidéo-concert et un concour s créatif ont animé cette période si particulière.

INFOS : emlab.fr/blog/

 

BRIGITTE OLIVIER

Responsable de la boulangerie Aux Fins Gourmets

 

Tronant sur la place du 11 Novembre, la boulangerie Aux Fins Gourmets a gardé ses portes ouvertes durant la totalité du confinement. Gestes barrières, caisses automatiques arrivant à point nommé, la boulangerie était prête pour faire face à cette crise et assurer l’approvisionnement en pain et viennoiseries aux Brétignolais. Malg ré la pénibilité de la situation, la responsable souligne le rôle sociabilisant qu’a tenu le commerce pendant la crise et se souvient des mines réjouies des clients en voyant la boulangerie ouver te. « Si nos clients sont heureux, nous le sommes aussi, » conclut Brigitte Olivier.

 

SANDRA CORNOU

Bénévole pour l’aide aux courses

« Je suis ravie d’avoir pu me rendre utile » ne cesse de répéter Sandra Cornou qui ne pouvait pas imaginer ce confinement à rester inactive. Par le biais du portail d’appel à solidarité mis en place par la Ville, Sandra Cornou s’est mobilisée pour aider le CCAS à assurer les courses des personnes demandeuses. À hauteur de 3 jours par semaine, Sandra Cornou s’est rendue dans les supermarchés, liste en main, pour aider les personnes les plus vulnérables face à la crise.

 

ANNABELLE PIERRON

Responsable de la Pharmarcie des Sorbiers

Rassurer, orienter, et maintenir l’approvisionnement en médicaments pour les personnes les plus vulnérables, voilà le quotidien vécu par la pharmacie des Sorbiers pendant le confinement.

« Nous avons maintenu un contact permanent avec le personnel soignant et les autres pharmacies de Brétigny pour assurer au mieux les missions essentielles, nous explique la responsable. Les pharmacies se sont placées comme des relais d’informations et des conseillers à part entière durant cette période qui fut anxiogène pour beaucoup. »

 

LES AGENTS MUNICIPAUX

Durant toute la période de confinement, les agents municipaux ont poursuivi les missions de première nécessité. Parmi eux, les agents du CCAS, en première ligne, ont assuré de nombreuses actions de proximité et de solidarité : environ 5000 appels aux Brétignolais ont été passés, avec l’aide de nombreux bénévoles, opérations de portage de repas à domicile, aide aux courses… « Je suis fier de la mobilisation des agents et de leur réactivité pour faire face à la crise, » souligne le Maire, Nicolas Méary.

Retrouvez les portraits des ser vices municipaux, pendant le confinement,en cliquant ici

 

OLIVIER MEROT

Directeur de Chr. HANSEN

« Dès le début de la crise, les demandes ont été nombreuses et il nous a fallu faire des c hoix. Il nous paraissait évident de contribuer à protéger les personnes qui étaient au front pendant cette crise : le personnel médical au sens large. Ces personnes-là sont de facto les plus exposées. Or si elles sont aussi infectées, l’offre de soins diminue et les ef fets de la crise se multiplient. Nous avons fourni 5000 gants nitriles, 50 blouses jetables, 500 charlottes, 200 sur-chaussures et enfin 100 masques chir urgicaux. Nous avons repensé certains de nos modes de fonctionnement interne et avons réussi à faire des économies sur nos propres consommations. Tous nos collaborateur s étaient ravis et fiers de pouvoir apporter cette (modeste) contribution. »

 

BENOÎT PICHENÉ

Médecin à la Maison de Santé

Dès le début de la crise sanitaire, la Maison de Santé a adapté ses protocoles pour pouvoir accueillir les Brétignolais, même ceux qui n’avaient pas de médecin traitant. Avec deux accueils, les personnes suspectées de porter le Covid-19 étaient séparées des autres pathologies, pour que chacun puisse se faire soigner sans danger. « Nous avons complété le dispositif avec un suivi des personnes qui avaient une suspiscion de Covid par téléphone ou par le passage régulier d’infir mières. » Une initiative qui avait été diffusée dans un re portage du 20h sur TF1. Aujourd’hui, même si le nombre de cas est proche de zéro, une attention reste portée jusqu’au 30 juin prochain.

 

 

CATHERINE DUCASSOU

Bénévole engagée notamment sur les appels téléphoniques aux Brétignolais

Dès les premières heures du confinement, en allant chercher des informations sur le site de la Ville, Catherine Ducassou découvre la plateforme citoyenne. Sans aucune hésitation, elle s’inscrit pour appeler les Brétignolais, en lien avec le CCAS. « Cela per met de prendre soin des autres, en cette période où l’entraide est indispensable.» précise-t-elle. Si certains appelés allaient bien, d’autres avaient davantage besoin d’une oreille pour écouter leurs difficultés, leurs angoisses, leurs craintes, en cette période particulière.

Avec beaucoup d’empathie, Catherine a pris le temps et… « je me suis même fait deux copines ! Nous attendons l’été pour nous rencontrer en vrai ! » précise-t-elle. Avec beaucoup de modestie et une chaleur rassurante dans la voix, elle poursuit sa mission en appelant même… « des gens plus jeunes que moi ! »

 

LES COUTURIÈRES

Couturières bénévoles engagées dans la création de sur-blouses

 

          

 

Dès le début du confinement un appel à couturiers et couturières a été lancé dans la region pour équiper les hôpitaux de sur-blouses réutilisables. Un groupe de couturières s’est rapidement mobilisé à Brétigny-sur-Orge pour venir en aide à l’hopital d’Arpajon. Récupérer, laver, découper, coudre, déposer, c’est une véritable chaine de solidarité qui s’est construite et qui perdure encore. Grâce au don de tissu des hôpitaux et des Brétignolais, et au-point de collecte mis en place par la Ville à l’Orme Fourmi, près de 300 sur-blouses ont été apportées à l’hôpital d’Arpajon et aux personnels soignants de Brétigny. Aujourd’hui, le groupe continue son activité en proposant aussi des masques pour les personnes qui en font la demande (instituteurs, libéraux…).