Alfred, la trompette made in Brétigny d’Adrien Jaminet

Adrien Jaminet, Brétignolais de naissance et profondément attaché à sa ville, exerce depuis 10 ans le métier de luthier. À 30 ans, il devient facteur d’instrument et ambitionne de faire de Brétigny la capitale des cuivres pour les professionnels de la France entière ! Focus sur "Alfred", sa trompette "made in Brétigny".

 

Conçue pour la musique française dans la tradition des années 50

En mars dernier, avec le premier confinement, la culture est à l’arrêt et Adrien Jaminet en ressent immédiatement l’impact. Il profite de cette période pour se réinterroger sur la signification même des cuivres français : la manière de jouer, l’esthétique et la facture instrumentale. Il se concentre alors sur les années 50, période faste du répertoire français de la trompette grâce à l’excellence de musiciens reconnus dans le monde tels que Maurice André. “J’ai interrogé Roger Delmotte, ancien trompettiste de l’Opéra de Paris qui a 96 ans aujourd’hui. Il m’a exprimé son regret d’avoir perdu l’esthétique originelle des instruments”. Adrien travaille avec un collectionneur et s’entoure de Marc Geujon qui occupe le prestigieux poste de Trompette Super Soliste de l’Orchestre de l’Opéra National de Paris. Ensemble, ils analysent les instruments puis démontent entièrement une trompette afin de mieux en appréhender les spécificités.

 

“Alfred n’est pas un instrument de substitution à ce qui existe aujourd’hui, c’est une nouvelle alternative, un outil supplémentaire pour retrouver le son à la française”

 

Fabriquée grâce à la coopération d’entreprises Brétignolaises

 

Le luthier de l’Atelier des Cuivres est très attaché à la fabrication française et locale et affiche sa volonté de s’investir dans le rayonnement de sa ville en s’entourant de partenaires locaux dans la réalisation des instruments. Ainsi, la trompette Alfred est fabriquée dans les ateliers brétignolais. C’est en lisant le journal Paroles qu’Adrien a découvert l’existence de l’entreprise SMIG industrie spécialisée dans la mécanique de précision qui venait de s’installer à Brétigny dans la zone d’activité de la Moinerie, grâce au concours du service Developpement Économique de la ville. L’activité de Mike Dintimille, tourneur fraiseur de profession, correspondant exactement à ses besoins pour la création des pièces de la trompette. La collaboration est immédiate. Les housses en tissu des instruments sont aussi fabriquées sur Brétigny en collaboration avec Saïd Ghassouli gérant du magasin Twenty, installé en centre-ville, 10 rue Danièle Casanova.

 

 

“Je suis fier que de jeunes entrepreneurs choisissent de valoriser le savoir-faire local. Ce partenariat en circuit court entre entreprises brétignolaises et mené dans une démarche responsable, accroît le rayonnement de notre ville.”

Nicolas Méary, Maire de Brétigny-sur-Orge.

 

Alfred déjà en tournée

En tant que luthier, réparateur et revendeur de cuivres et avec deux ateliers installés depuis 2016 au 61 rue Alfred Leblanc à Brétigny et depuis 2018 au coeur de Lyon, Adrien Jaminet côtoie régulièrement les plus grands musiciens français et internationaux. “Le marché du cuivre étant ultraspécialisé, cela me permet de rayonner de manière nationale et je suis en contact régulier avec les professionnels sur les développements de nouveaux instruments”. Moins d’un mois après sa conception, Alfred fait déjà le tour des plus grands orchestres français. “Le prototype est abouti et plébiscité. On produira 10 à 15 instruments d’ici le printemps pour répondre aux demandes d’essais en Europe, en Asie et aux États-Unis”, conclue Adrien Jaminet.

 

ALFRED : le nom de la trompette est un double clin d’oeil à Alfred Leblanc, nom de la rue dans laquelle AJ-Atelier des Cuivres est installé à Brétigny et à Alfred Aubertin, grand facteur de cuivre français qui a inspiré le luthier.

 


 

PLUS D’INFOS : www.aj-atelierdescuivres.fr