Vous êtes ici : Accueil / Votre mairie / Les tribunes du mois

Votre mairie

Les tribunes du mois

Les textes émanant de ces tribunes n’engagent pas la responsabilité de la municipalité.

Tribune des élus de la majorité

Majorité municipale « La Relève »

Mauvaise nouvelle : après 18 mois d’attente, les services de l’État viennent de nous informer que notre projet de vidéoprotection, voté et budgété, ne serait finalement pas subventionné au motif principal que l’État n’aurait plus les moyens et que Brétigny ne serait pas un lieu avec suffisamment de délinquance. Cette subvention, longtemps espérée, devait couvrir une part significative (.......) de la dépense. Ce refus tardif est un mauvais coup pour deux raisons. D’abord, parce que la vidéoprotection est utile, elle est nécessaire pour faire baisser les faits de délinquance, et ensuite parce qu’elle coûte très cher.
Après réflexion, le maire nous a proposé de ne pas abandonner le projet. Nous soutenons ce choix. Nous allons donc poursuivre. Toutefois, ce faux bond financier de l’État rendra plus difficile une extension de la protection après cette première phase qui se mettra en place à l’automne.
Nous avons espéré que le travail demandé par le Président de la République à Jean-Louis Borloo permettrait une meilleure prise en compte de la banlieue et plus généralement de la grande couronne parisienne dans les politiques publiques de transports, de sécurité, de logement… Il semble que le Président ne retienne qu’une partie de propositions présentées par l’ancien maire de Valenciennes. Soit. La politique de la ville ce ne sont pas que des crédits ; en notre nom à tous, le maire a co-signé d’une tribune d’élus locaux qui défend l’ambition du plan Borloo. Nombre d’actions concrètes et de dispositifs comme ceux récemment mis en place aux Ardrets et à Branly doivent pouvoir continuer. Nous les défendrons inlassablement.

Votre majorité municipale

Tribune des élus de la minorité

Socialistes et Républicains / Europe Ecologie - Les Verts / Communistes et partenaires

C’est sûr. Celle ou celui qui prétendra vouloir répondre par un coup de baguette magique aux besoins qu’expriment les jeunes de notre pays, dans leur diversité, sera un-e fieffé-e démagogue. A l’inverse celle ou celui qui les ignore ou propose des réponses inappropriées aux défis de notre temps, obscurcit l’avenir, comme le montre hélas l’actualité.
En ces temps difficiles, ce sont les jeunes générations qui font les frais des crises qui s’aggravent et les perspectives d’un avenir meilleur semblent s’éloigner au gré des échecs des politiques successives.
Certes ce n’est pas au plan stricto local que les problèmes structurants peuvent trouver solution. Mais en s’appuyant sur la richesse d’expérience, sur la diversité, sur des dynamiques, sur l’initiative et les talents individuels et collectifs des jeunes de notre ville, nous pouvons sur un territoire aider et accompagner cette jeunesse dans son besoin de vivre pleinement sa vie.
Ce n’est possible qu’avec une volonté farouche, un engagement entier, d’y parvenir que des portes s’ouvriront.
Aujourd’hui, à notre sens, les orientations municipales portent peu cette volonté. Nous le constatons au quotidien dans nombre de secteurs d’activité : associatif, sportif, quartiers, emploi, logement, culture, vivre ensemble…Il y a fracture dans les espoirs…
Qui croit en la jeunesse, croit en l’avenir, d’une ville, d’un territoire, d’un pays. Nous, nous y avons toujours cru et ça continue, en témoignent encore les projets que le Maire s’auto dédicace…
Nous saluons d’ailleurs tous les formateurs, éducateurs, bénévoles, responsables de toutes les associations, de tous les clubs sportifs de notre ville, des services municipaux, qui se mobilisent avec énergie pour cet objectif. Mais hélas, les moyens humains, matériels, manquent, comme beaucoup de ces acteurs locaux le vivent douloureusement. Malgré tout, ils obtiennent de bons résultats, comme le CSB Football qui accède pour la première fois au niveau National. Bravo !
« La jeunesse est le sourire de l’avenir » disait Victor Hugo, nul doute que nous y croyons dur comme fer !

Jocelyne Garric, Philippe Camo, Sandra Afonso-Machado, Steevy Gustave, Sylvie Daeninck, Jean-Luc Moncel, Elisabeth Petit, Mauricette Dimeur Viana



 
Haut de page