Vous êtes ici : Accueil / Votre mairie / Les tribunes du mois

Votre mairie

Les tribunes du mois


Les textes émanant de ces tribunes n’engagent pas la responsabilité de la municipalité.

Tribune des élus de la majorité

Majorité municipale « La Relève »

Les relations de bon voisinage font que l’on ne s’occupe guère des voisins du dessous, ceux avec qui on cohabite sur cette page, les élus de l’opposition. En général, nous ne commentons pas leurs propos. Pourtant, leur tribune du mois dernier mérite un retour.
Cette tribune était consacrée au discours de vœux du maire. Nos voisins du dessous prétendaient qu’il n’aurait rien dit sur la sécurité, sinon annoncer la venue d’un chien pour aider la police municipale. C’est faux, et nos voisins le savent. Dans son discours (en ligne sur le site de la ville), le Maire a annoncé longuement la mise en place de la vidéosurveillance en 2017, montrant ainsi que la sécurité est notre priorité budgétaire de l’année. Nos voisins semblent ignorer au surplus toute l’utilité d’un chien pour la police.
Les voisins du dessous prétendent qu’en ce qui concerne l’activité économique, les projets évoqués par le maire « s’inscriraient dans l’aménagement du site, projets que nous-mêmes avions définis avec l’Agglomération ». Là on entre dans le domaine de l’hallucination. Sans doute se sont-ils réunis un soir de brume pour dire qu’il faudrait là de l’emploi. Mais ils ignorent que l’emploi nécessite des efforts, l’emploi, ce n’est pas « y-a-qu’à, faut qu’on », l’emploi, il faut aller le chercher. À notre arrivée, il n’y avait aucun dossier concret. Le Cluster Drone, par exemple, qui fait renaître la tradition aéronautique, ou les perspectives pour le e-commerce, c’est la nouvelle équipe, pas l’ancienne.
Nos voisins du dessous feignent d’ignorer ce que serait « l’écologie de l’inutile », « l’écologie du bluff ». C’est faux, ils le savent. Ils ont construit l’école Aimé Césaire qui coûte, au m2 chauffé, deux fois ce que coûtent les vieilles écoles du centre-ville. L’écologie de l’inutile, bien des habitants de Clause-Bois-Badeau savent ce que cela signifie.
Ils avancent fièrement que les locaux de l’ex-CFA devraient être attribués en concertation, feignant, là aussi, de ne pas savoir qu’ils le sont déjà.
Alors, désormais, quand vous jetterez un œil au texte de nos voisins du dessous, rappelez-vous que, sans aucune vergogne, ils soutiennent des faits qu’ils savent faux. Disons qu’ils entretiennent un rapport distancié à la réalité.

Votre majorité municipale

Tribune des élus de la minorité

Socialistes et Républicains / Europe Ecologie - Les Verts / Communistes et partenaires

Trois ans se sont écoulés depuis que le Maire et son équipe ont pris les commandes de notre ville, à coups de slogans ravageurs et de promesses, dont chacun voit qu’elles ne sont pas tenues. On attendait au moins un document sur un bilan de mi-mandat, mais celui qui s’était engagé à rendre compte de son activité n’en fera rien. Et pour cause… Celles et ceux qui s’attendaient à un « changement », à une vision différente et globale et à long terme du développement de la ville en sont pour leur frais. C’est une approche réduite, étriquée et au coup par coup, soutenue par un renfort de communication qui pèse cher dans le budget communal. Un budget de fonctionnement en baisse drastique, qui a réduit les services rendus et impose une cure d’austérité au personnel, avec une formule aussi magique qu’inefficace tenant dans un mot d’ordre : « faire plus avec moins » !
Les associations s’en ressentent, alors que leur activité doit être soutenue pour contribuer au bien vivre ensemble. Il suffit de prêter l’oreille pour entendre le grondement sourd du mécontentement. « La ville est mal entretenue » entend-on dire, les moyens manquent pour le respect de notre environnement et le cadre de vie s’est dégradé. Les problèmes d’insécurité et d’incivilités se sont amplifiés, comme le montrent des évènements récents. Et en termes d’investissements publics, pour l’heure, l’horizon est d’un calme inquiétant, dommageable, nous le regrettons sincèrement pour notre ville et pour les Brétignolais, Cela implique un grave recul sur l’avenir, celui de nos enfants, de notre jeunesse. Les signaux sont au rouge. Alors, on nous dira, la critique est facile. Certes, mais la vérité doit être dite. Depuis 3 ans les réalisations municipales correspondent au point par point aux projets que nous avions initiés et dont se réclame le Maire. Preuve si l’en fallait, que nous, nous ne manquons ni de vision, ni de propositions pour notre ville et sa population.

Bernard Decaux, Jocelyne Garric, Philippe Camo, Sandra Afonso Machado, Steevy Gustave, Sylvie Daeninck, Jean-Luc Moncel, Elisabeth Petit



 
Haut de page