Vous êtes ici : Accueil / Votre mairie / Le mot du Maire

Votre mairie

Le mot du Maire

À la lecture de ce Paroles, on a bien l’impression que le printemps arrive. C’est en mars que Brétigny se retrouve dehors pour le Carnaval, c’est en mars que l’on s’inscrit aux « Maisons et jardins fleuris » ; c’est maintenant que l’on donne la main au fleurissement citoyen, c’est en mars qu’aura lieu une fête à Clause-Bois-Badeau.
Mais je voudrais revenir sur février et d’abord sur la peine que les habitants de l’immeuble Efidis ont connu au Bois Vétille suite à l’incendie, qui n’est sans doute pas accidentel, et qui s’est déclaré dans leur parking, sous leur immeuble. Outre la crainte ressentie, on conçoit toute la gêne et le trouble aux conditions de l’existence qu’un tel sinistre provoque. Nous allons réfléchir aux voies et moyens utiles pour mieux accompagner les Brétignolais qui traversent de telles épreuves. On sait accompagner un petit nombre de familles une nuit, il faut savoir aider tout un immeuble dans la durée. Parfois, et c’est heureux, les choses s’arrangent. C’est ainsi que, depuis le 23 février, une partie des salles Kergomard fonctionnent de nouveau. Les travaux d’électricité et de chauffage les ont rendues opérationnelles. C’est utile pour les associations comme sera utile la métamorphose de l’ancien CFA. Sur ce dossier, le cap est donné, les associations savent qu’elles auront de meilleures conditions de fonctionnement qu’aujourd’hui. De nombreuses questions restent à approfondir, en particulier en ce qui concerne les règles de fonctionnement, l’accès, le stationnement, mais une mue lente est en route, elle aboutira sans doute à l’hiver 2018-2019.
Un autre chantier d’importance s’engage, le Boulevard de la République. C’est paradoxalement au printemps que seront arrachés les arbres malades. Cet arrachage est un crève-cœur et sans doute donnera-t-il une impression visuelle pénible. C’est un prix à payer. Il est lourd, mais incontournable.
Plusieurs d’entre vous m’ont alerté sur leur désarroi face à certaines verbalisations en matière de stationnement ces derniers temps. Certains témoignages m’ont interpellé. J’ai recalé les choses avec le chef de la police municipale pour que mes consignes soient appliquées scrupuleusement.
Je voudrais rappeler ici les principes clés qui doivent guider l’action de notre police municipale.
La police municipale est là pour faire respecter nos règles de vie collective. En matière de stationnement, les règles sont essentielles pour empêcher le stationnement gênant ou dangereux, pour éviter les voitures ventouses qui privatisent l’espace public et pour assurer une rotation suffisante pour favoriser l’activité des commerçants et permettre à tous d’accéder au cœur de ville.
Cependant, la police municipale est au service des Brétignolais, elle doit faire respecter ces règles de stationnement avec courtoisie, chacun a droit à de la considération, et discernement, il faut savoir faire la part des choses. Courtoisie et discernement.
Enfin, de par la mission qui lui est confiée, parce qu’elle représente l’autorité, la police municipale a un devoir d’exemplarité. C’est une des raisons pour lesquelles le code de la déontologie prévoit le port obligatoire du matricule, qui permet de signaler les éventuels manquements. L’exemplarité est la base de la confiance.
Ces principes sont essentiels à mes yeux car je ne veux pas que des actes isolés puissent nuire à l’image collective de notre police municipale. Je sais que la grande majorité des agents remplit sa mission avec professionnalisme et dévouement, et leur rôle est essentiel pour notre ville.
Notre hôpital, qui est celui d’Arpajon et celui de Cœur d’Essonne, a décidé d’améliorer l’offre de soins en couvrant un besoin très spécifique, celui du médecin de garde les samedis, dimanches et jours fériés. On y accède d’ores et déjà en téléphonant au médecin de régulation. Ce nouveau service, à même de rendre bien des services utiles, est accolé au service d’urgence de l’hôpital, offrant une vraie garantie médicale. C’est un apport considérable à la couverture médicale de notre territoire et à la reconquête progressive d’une offre de soins adaptée à Brétigny. Vive le printemps de la santé !

Le Maire, Nicolas MÉARY



 
Haut de page