Vous êtes ici : Accueil / Modules / Actualités / Santé : éviter le désert médical

Santé : éviter le désert médical

Association , Entreprise , Famille , Jeune , Nouvel arrivant , Senior
Santé : éviter le désert médical

Alors que le Gouvernement cherche à rattraper le déficit de médecins dans les zones rurales, les villes de Région parisienne sont également touchées par la désertification médicale. À Brétigny-sur-Orge, la Municipalité a lancé une politique très active pour faire venir de nouveaux médecins : création d’une Maison Médicale, mise en place d’une Cellule de Recherche Active, aides à l’installation...

« Après les zones rurales, la grande couronne de la Région parisienne se trouve à son tour affectée par la désertification médicale, explique le Maire, Nicolas Méary, dans une lettre adressée à la Ministre de la Santé. Dans la plupart de nos territoires le nombre de médecins est déjà insuffisant aujourd’hui, partout, quelle que soit la taille de la commune, l’avenir inquiète. Le département de l’Essonne a déjà perdu un quart de ses généralistes ces dernières années. Ici, comme dans nombre de communes, apparaissent désormais des refusés de la santé, des patients de tous les âges et de toutes les conditions qui, après le départ non remplacé de leur médecin, ne sont pas acceptés par les autres généralistes du secteur. Ce nouveau “statut” est particulièrement injuste pour chacun, il est particulièrement problématique pour les personnes âgées, devenues moins mobiles. »

Patrick Bouet, Président de l’Ordre national des Médecins, expliquait dans un article du Monde daté du 31 mai 2016 que « l’État n’a pas été capable d’anticiper la catastrophe et aujourd’hui aucun territoire du pays n’est à l’abri. Il faut changer de modèle organisationnel. Il n’y aura plus forcément un médecin à demeure dans chaque territoire ». Près de 2,5 millions de Français vivent dans un désert médical, avait annoncé l’Ordre en novembre, lors de la publication de ses atlas régionaux de la démographie médicale.

Depuis deux ans, la Municipalité a initié de nombreuses actions, afin de pallier cette difficulté majeure pour le quotidien des Brétignolais. La Cellule de Recherche Active Dès 2014, la Ville a mis en place une Cellule de Recherche Active, en partenariat avec les médecins déjà installés, mais aussi avec d’autres contacts. « Nous travaillons notamment avec des enseignants qui nous permettent de relayer notre recherche dans les universités de médecine et des médecins exerçant à Paris, dans les hôpitaux, » souligne Christiane Lecoustey, Première Adjointe au Maire déléguée à l’Offre de Soins. Cette cellule associe également les pharmaciens, les infirmiers, les podologues afin de créer des synergies indispensables au bon fonctionnement du futur Pôle de Santé.

Une Maison Médicale transitoire
Au printemps 2017, les dentistes du centrebucco-dentaire, ainsi que les médecins installés rue du Parc rejoindront la Maison de Santé pluridisciplinaire, dans un bâtiment neuf, à l’angle de la rue du Bois de Châtres et de la rue Félicien Revol. Au rez-de-chaussée, le Centre de
Santé bucco-dentaire regroupera 4 cabinets ainsi qu’un service de radiologie. Au premier étage, une quinzaine de cabinets médicaux s’installeront, dont cinq généralistes (et deux nouveaux actuellement recherchés), un podologue, une sage-femme, trois infirmières et un psychologue. « Ils pourront bénéficier d’une charge administrative mutualisée avec les autres médecins, auront l’assurance d’une continuité de suivi des patients, grâce au regroupement des différents corps médicaux au même endroit, et pourront bénéficier d’horaires aménagés, » explique Christiane Lecoustey.

Sans attendre la livraison de ce nouveau bâtiment, la Municipalité a investi pour la création d’une Maison Médicale transitoire, inaugurée en septembre 2015, au 21 rue du Parc. « Cette installation était devenue indispensable, rappelle la Première Adjointe. Le 21 rue du Parc, bâtiment aux normes d’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite et à loyer modéré, leur a permis de travailler à plein temps dans un cabinet qui leur est dédié. Auparavant, ces quatre médecins se relayaient dans deux cabinets. La Maison Médicale a donc permis de conserver un praticien qui pensait quitter la commune en créant un emploi à temps plein pour un médecin remplaçant. » Les médecins se sont également groupés au sein d’une nouvelle association « Soigner à Brétigny-sur-Orge ».

Des aides à l’installation
« La Ville participera à l’installation de cette Maison de Santé pluridisciplinaire, explique Christiane Lecoustey. En effet, les deux cabinets pour l’instant vacants font l’objet d’une intense recherche de praticiens, via la Cellule de recherche active. Nous nous sommes engagés à payer les quatre premiers mois de loyer pour les nouveaux médecins. »
La Ville travaille également en partenariat avec les agences bancaires afin de faciliter les prêts qui pourraient être accordés aux praticiens qui souhaitent s’installer. « Nous faisons tout ce qu’ilest possible de faire pour les inciter à s’installer à Brétigny, poursuit Christiane Lecoustey, malgré le contexte particulièrement difficile. Cela passe également par la facilitation dans leur recherche de logements. »

Un dialogue constructif
Comme le soulignait le Maire, trois médecins généralistes prendront leur retraite dans les prochains mois. « Nous discutons avec eux pour savoir s’ils seraient prêts, quelques heures dans la semaine, à effectuer des remplacements. Certains y sont plutôt favorables, ce qui faciliterait grandement la transition, ainsi que le soutien aux jeunes médecins qui s’installeront. Cela augmenterait, par ailleurs, l’offre de soins pour notre ville, » souligne la Première Adjointe.

Un besoin de réformes au niveau national
Aujourd’hui, de nombreuses communes, notamment en grande couronne parisienne, sont confrontées à la désertification médicale. Pour attirer de nouveaux médecins, « la concurrence entre collectivités locales, la compétition entre les territoires n’est pas la solution, rappelle le Maire. L’État, à qui est dévolue la compétence de la santé, doit réfléchir à plusieurs questions : l’évolution du numerus clausus qui ne permet pas de pallier le départ des médecins à la retraite, un statut de semi salarié qui permettrait aux praticiens de se dégager des lourdes tâches administratives, une incitation accentuée pour que les médecins s’installent dans les zones fragilisées... »
Pour conclure, Christiane Lecoustey rappelle que « les jeunes Brétignolais qui sont actuellement en fac de médecine sont évidemment les bienvenus pour débuter leur activité dans leur commune d’origine. »

Les Maires se mobilisent
À l’initiative de Nicolas Méary, un lettre a été envoyée à la Ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine, pour la sensibiliser aux problématiques rencontrées par nos territoires.
Co-signé par un nombre croissant d’élus, parmis lesquels Sophie Rigault (Vice- Présidente du Conseil Départemental), David Derrouet (Fleury-Mérogis), Bernard Zunino (Saint-Michel-sur-Orge), Christian Béraud (Arpajon), Norbert Santin (Saint- Germain-lès-Arpajon), Philippe Hamon (Longpont-sur-Orge), Jean-Pierre Lecomte (Leudeville), Pierre Cochard (Saint-Vrain), ce courrier rappelle que l’État doit mener une politique volontariste en matière de santé et propose plusieurs pistes de réflexion pour faire face aux départs nonremplacés des praticiens.

Les médecins de Brétigny-sur-Orge

Dr Fabien BONAN
4, av. S. Allende
01 60 84 06 52

Dr Jean-François CENET
Maison Médicale de la Moinerie
2, rue du Limousin
01 69 88 10 70

Dr Maryvonne COPPE
4, av. S. Allende
01 60 84 06 52

Dr Dorina COSTEA
21, rue du Parc
01 46 15 15 50

Dr Jean-Pierre FEUILLET
8, av. de la Commune de Paris
01 60 84 44 33

Dr Pierre FIRON
8, av. de la Commune de Paris
01 60 84 44 33

Dr Gérard JACQUES
5, allée des Saules
01 69 88 86 41

Dr Jean JEDLINSKI
3, place Chevrier
01 69 88 86 24

Dr Alain LEDOUR
10, rue Lucien Bouget
01 45 95 73 42

Dr Benoît PICHENÉ
21, rue du Parc
01 46 15 15 50

Dr Thérèse PHAM
21, rue du Parc
01 46 15 15 50

Dr Pascal RACHAS
21, rue du Parc
01 46 15 15 50

Retour à la liste des actualités


Les autres actualités

<
>
 
Haut de page