Vous êtes ici : Accueil / Modules / Actualités / Le camp de Roms évacué

Le camp de Roms évacué

Le camp de Roms évacué

Le camp de Roms situé illégalement sur le site de l’ancien Airial a été évacué à la fin du mois de mars. Les travaux de « nettoyage » ont débuté pour remettre le terrain en état.

Depuis trop longtemps, la situation du camp de Roms installée sur l’ancienne aire d’accueil des gens du voyage détruite inquiétait. Chaque jour davantage, un lieu de vie était transformé en gigantesque dépôt d’ordures. La situation devenait de plus en plus critique. Les pompiers étaient parfois alertés.

Depuis plusieurs mois, la Ville, l’Agglomération et l’État préparaient l’évacuation et la reconversion du site.

Après un diagnostic social et un recensement des habitants du camp qui a fait apparaître la présence d’enfants en bas âge sur le site, les procédures ont été enclenchées. Les services sociaux de l’État ont vérifié que les familles pouvant relever d’une prise en charge administrative pourraient être suivies et parallèlement ont été préparées les procédures d’expulsion Le 13 mars, le maire signait un arrêté de péril qui a été notifié aux occupants sans titre le 14 ; le 18, les Roms étaient partis.

Sitôt après ce départ, et comme prévu, l’Agglomération, qui a la compétence de l’accueil des gens du voyage, a entrepris le « nettoyage » de cette ancienne aire d’accueil des gens du voyage. Une première estimation évaluait à plus de 1000 tonnes de déchets entassés sur le site. On trouve de tout sur ce camp et même un bateau !

L’agglomération prendra en charge les importants travaux de remise en état du site à commencer par le rétablissement des évacuations d’eau de pluie et d’eaux usées.

Pour être conforme au futur schéma départemental d’accueil des gens du voyage, l’aire sera agrandie, dès ce printemps, pour devenir une aire de grand passage. Il en manque cinq dans notre département. Nous prendrons notre part dans ce dispositif. Cela nous permettra, enfin, de pouvoir demander le concours de l’État pour l’évacuation des occupations illégales.

L’aire de grand passage accueillera des groupes de 50 à 150 caravanes, dont les installations seront coordonnées par la Préfecture, pour des durées courtes, de deux à trois semaines, en moyenne.
« L’aire d’accueil, telle qu’elle existait jusque là, n’était plus correctement dimensionnée, explique Christiane Lecoustey, première Adjointe au Maire et vice-président du Syndicat Mixte pour la Gestion de l’Habitat Voyageur (Symghav) qui gérait notamment l’aire de Brétigny-sur-Orge. Elle était trop grande pour une utilisation familiale et trop petite pour être une aire de grand passage. »

Désormais Brétigny sera en conformité avec un minimum de dignité humaine. Il n’est pas acceptable d’avoir sur le territoire d’un syndicat tel le Symghav des occupations illégales de Roms car elles ne sont pas gérables et que l’on ne sait protéger les gens contre eux-mêmes.

Brétigny, qui accueillera une aire de grand passage, sera en conformité avec le schéma départemental d’accueil des gens du voyage. Ainsi, la Ville pourra recourir aux forces de l’ordre pour faire respecter les décisions judiciaires d’expulsion sur l’ensemble de son territoire, ce qui n’était plus le cas depuis deux ans.

Qu’est-ce qu’une aire de grand passage ?

Ces aires sont destinées aux gens du voyage itinérants, particulièrement au milieu du printemps et pendant l’été, en lien avec les déplacements annuels des gens du voyage. Les durées de séjour dans un même lieu sont variables. Le projet de schéma départemental d’accueil des gens du voyage, en Essonne, prévoit une durée de 2 à 3 semaines. Elles n’ont donc pas vocation à accueillir des familles qui ont adopté un mode de vie sédentaire.

Retour à la liste des actualités


Les autres actualités

<
>
 
Haut de page