Vous êtes ici : Accueil / Modules / Actualités / Des lieux et des cultes

Des lieux et des cultes

Des lieux et des cultes

2017 a vu l’inauguration de la Mosquée de Brétigny-sur-Orge et verra la dernière tranche des travaux de l’église Saint-Pierre.

Restauration de l’église

Engagé en 2013, le chantier de restauration de l’église Saint-Pierre a permis de conforter et de stabiliser l’ouvrage qui était sujet alors à des pathologies structurelles graves, ayant entraîné sa fermeture au public.

« L’édifice est très important pour les Brétignolais, d’hier, d’aujourd’hui et de demain, explique Lahcène Cherfa, Adjoint au Maire délégué aux Travaux. Nous avons souhaité étaler ces travaux sur plusieurs années pour mener d’autres projets en parallèle, en raison de leur coût important. » Nicolas Méary rappelle que « nous avons conservé la priorité sur la réouverture de ce bâtiment auquel nous sommes attachés, et qui trône au sommet de la colline Saint-Pierre. »

Dans un deuxième temps, les charpentes ont été restaurées et rétablies dans leur configuration du XVIe siècle avant de recevoir une couverture neuve en tuile plate traditionnelle.

La Ville, propriétaire de l’édifice, souhaite maintenant poursuivre ce mouvement de restauration générale en intervenant sur les intérieurs. Il est donc aujourd’hui envisagé de restaurer les murs intérieurs et les voûtes ainsi que les décors peints, abondants dans le monument et d’une exceptionnelle qualité.

Une fois ces ouvrages réalisés, la commune dotera l’édifice d’une nouvelle installation électrique et d’un éclairage qui mettra en valeur le travail réalisé en magnifiant les décors intérieurs rétablis. Ainsi, dans quelques mois, l’église pourra de nouveau accueillir les Brétignolais.

« Ce sera un moment important, tant pour les catholiques que pour les Brétignolais qui pourront redécouvrir cet élément clé de notre patrimoine, poursuit Lahcène Cherfa. Un tel édifice nous a été donné par les Brétignolais, à nous de les transmettre aux générations futures. »

La mosquée inaugurée

Ouverte en 2016, la mosquée a officiellement été inaugurée le samedi 20 mai, en fin de matinée en présence notamment du Maire, Nicolas Méary, du Président du Conseil Français du Culte Musulman, Anouar Kbibech, de Monseigneur Dubost, évêque d’Évry et du Père Jean-Luc Guilbert.

Le Centre Culturel et Cultuel des Musulmans de Brétigny, situé chemin du Vieux Pavé, est un projet de longue date. En effet, en 1988, Jean de Boishue, alors Maire de la commune, mit à disposition de l’Association Culturelle des Musulmans de Brétigny un local qui fut agrandi, amélioré jusqu’à sa démolition en septembre 2016. En 1998, l’idée de construire une mosquée vit le jour. Les fidèles ont dès lors commencer à collecter les fonds nécessaires.

En 2009, la Ville fit l’acquisition d’une parcelle attenante au bâtiment et le Maire,de l’époque, Bernard Decaux, signa alors avec l’Association un bail emphytéotique de 99 ans. « Nous avons financé la Mosquée grâce aux dons, explique le Président de l’association, Bouazza Bahtaoui. Nous avons refusé tous les dons venant de l’étranger, hormis ceux récoltés lors de nos collectes en Europe. »

Dans son discours, Nicolas Méary a dit que cette inauguration était un jour heureux pour les musulmans de Brétigny et pour l’ensemble des Brétignolais. Il a insisté sur l’importance de l’ouverture et souligné les réactions systématiques de la communauté musulmane brétignolaise après les différents événements que la Ville ou que le pays ont pu connaître. « Le plus important pour moi est la communion de pensée que nous pouvons ressentir à des moments cruciaux, comme l’ont été les temps des attentats. Je dois dire que j’ai été ému, et je sais que le père Guilbert l’a été aussi, de votre magnifique réaction au moment de l’assassinat du Père Hamel qui nous a tous tant bouleversés en juillet dernier... Je me félicite que votre communauté parle souvent par votre bouche d’une voix forte, d’une voix claire, d’une voix simple qui condamne à la fois et l’horreur et la manipulation. »

La laïcité a également été au coeur des discours. Si elle demande aux religions de se vivre dans l’espace privé, la laïcité garantit aussi la liberté de culte de chacun. « Le Maire est le représentant de la laïcité, la laïcité qui sait protéger la religion musulmane mieux qu’elle ne l’est partout ailleurs. Je suis le porte-parole d’une laïcité positive qui place l’universalité au-dessus des communautés pour mieux les protéger. D’une laïcité qui ne croit pas que les religions sont un problème, mais plutôt un atout dès lors que les choses sont claires sur la séparation du politique et du religieux, » a conclu Nicolas Méary.

Retour à la liste des actualités


Les autres actualités

<
>
 
Haut de page